Texte à méditer :  Ce qui entend le plus de bêtises dans le monde est peut-être un tableau de musée. Edmond et Jules de Goncourt   
TRAVAUX SECONDE

Fermer ARTE FACT ECOLOGIQUE

Fermer DESSIN

Fermer PEINTURE

Fermer TRANSPARENCE

Fermer VOLUME

TRAVAUX PREMIERE

Fermer CITATIONS

Fermer ESPACE LUMIERE

Fermer EXPOSITION

Fermer OBJETS

Fermer RECONSTITUTIONS

TRAVAUX TERMINALE
PREMIERE FAC
TERMINALE FAC
Vidéos

fermer TPE

fermer VIDEO

DOCUMENTATION 1L - ANALYSE D'OEUVRE

Etre capable de voir et de comprendre une oeuvre à partir de sa reproduction

Premier constat
Ce que je vois (et qui saute aux yeux) :Qu’est-ce qui est mis sous mon regard ?
Une image en couleur sur papier. L'ai-je déjà vue ? En reproduction ou de visu ? En ai-je vu une reproduction en noir et blanc et/ou en couleurs ? Celle-ci me paraît-elle fidèle à l'original ?
Quelle est la nature de cette œuvre ? Peinture - Sculpture – Assemblage - Installation - Dessin - Collage...œuvre composite ?
Est-elle présentée en totalité ou partiellement ? Dans quel environnement ? Comporte-t-elle un cadre ?
Quelles indications sont-elles fournies ? (Légende) : Son format, son titre, sa datation, la technique ou le procédé utilisés...

Inventaire raisonné
Ce que je perçois : Comment est-ce fait ? Pourquoi ? Qu’est-ce que j’en comprends ?

Est-ce une ébauche, une esquisse, une maquette, une œuvre achevée ? Sa matière (et les matériaux qui la constituent) sont-ils apparents ? Quels sont ses composants plastiques ?
S'agit-il d'une composition, d'une organisation d’éléments homogènes ou non, d'une œuvre aléatoire, d'une œuvre éphémère...
S'il s'agit d'une peinture :
Quel est son degré d'iconicité (l'œuvre "fait-elle" ou non image.) Quels en sont les rythmes principaux, quel est le rapport Fond/Forme en quantité et en qualité ? Perçoit-on les effets de transparence, de fluidité, d'épaisseur, de recouvrement, d'opacité, d'effacement…
Quels sont les choix chromatiques, la dominante, le registre de valeurs, la lumière (éclairage ou lumière suggérée), l'organisation de I'espace, les bordures, le traitement proprement dit (touche, aplats, modelé, modulations), la gestualité apparente ou non, le dessin (cernes ou sertis, ou absence de graphisme) ?
S'il s'agit d'une œuvre tridimensionnelle : la photographie se présente-t-elle sur un fond neutre ou non ? Rapport des vides et des pleins, texture... Y a-t-il un socle ? L'œuvre est-elle montrée dans un espace spécifique, in situ, intégrée à un monument ou I'ornant ? A-t-elle une fonction, in situ, dans son contexte muséal… ?
Le titre de l'œuvre et la relation Titre/Sujet.
Les effets produits sur le spectateur. Comment sont-ils obtenus ?

Mise en perspective
Ce que je sais : (connaissances culturelles et hypothèses)
Dans quelle période historique s'inscrit l'œuvre ? Dans quel courant ou mouvement artistique ? Dans quelle période de l'œuvre peint, sculpté, gravé… de I'artiste ? A quoi renvoie-t-elle ? Les sources, Ies prolongements...
Si l'œuvre est en relation étroite avec la thématique du programme de Terminale : le Corps est-il ici représenté, présenté ? Quelle est la problématique générale de l’œuvre, celle plus spécifique à I'artiste ?
Quelle interprétation raisonnée puis-je en faire ?Quels liens peut-on tisser avec des créations analogues, avec des modes de production différents, voire ceux d’une autre époque ?



Etre capable de témoigner, par un écrit structuré, d'un regard sensible et informé

Mise en forme 
Plan, rédaction, vocabulaire spécifique, syntaxe juste, croquis.
Se souvenir que la partie de l’épreuve du baccalauréat consacrée à l’analyse d’œuvre se présente comme une invitation à une présentation sensible et raisonnée des éléments constitutifs d'une oeuvre singulière et non comme une réponse à un sujet de dissertation. Il ne s’agit donc pas d’ajouter des pages aux pages, de multiplier les informations, encore moins de les répéter mais d’organiser sa réponse de façon concise et précise. L’écrit doit être structuré à partir de la découverte de l’œuvre elle-même. Un vocabulaire précis et spécifique rend inutiles de longs développements. Une interprétation personnelle peut conclure l’analyse à condition d’en argumenter le propos et de le relier au contexte artistique et historique. Des croquis ou schémas sont utiles s’ils ne redoublent pas ce qui est écrit mais apportent un contrepoint ou un soutien visuels pertinents.




C'est pourquoi on pourrait faire porter la préparation de l'épreuve et l'évaluation de I'analyse d'œuvre sur les points suivants qui traversent 3 grandes catégories : Voir - Questionner – Démontrer : 
             analyser c’est être capable de : 

                                                                A/ Décrire
Voir, regarder, observer, repérer un certain nombre de composants plastiques que l’on va ensuite savoir identifier, nommer en termes précis.

                                                               B/ Mettre en relation, déduire
L’observation et la description ne peuvent à elles seules construire une analyse. Pour qu’il y ait véritablement analyse, il importe que le relevé des différents signifiants plastiques soit articulé à leur signifié, au sens qu’ils génèrent de façon à mettre en évidence une problématique liée à l’œuvre dont il est question. 

                                                              C/ Savoir situer
Situer l’œuvre dans son contexte historique, la positionner éventuellement dans l’évolution de la démarche de l’artiste ainsi que dans un développement chronologique plus large (préfiguration d’un mouvement artistique ou prolongements, etc.). 

                                                               D/ Savoir argumenter par des moyens visuels
L’élaboration de croquis peut étayer l’argumentation ou la description. Ces schémas ne doivent cependant pas constituer un discours inutilement redondant : ils sont un contrepoint, un appui, par rapport au discours écrit.


Grille de compétences :


1. Savoir construire un écrit :
Une introduction (faisant apparaître, autant que possible, la problématique sur laquelle on centre l’analyse)
Un développement consacré à l’analyse elle-même (articulation entre la description et le sens qu’on en tire)
Une conclusion, avec ou sans ouverture (la nécessité d’une ouverture sur autre chose nous semble, en effet, ressortir à la rhétorique du discours scolaire obligé : systématiser cette demande provoque parfois des réponses un peu caricaturales de la part des élèves…)

2. Savoir décrire : (cf. tableau joint)

3. Savoir situer : (cf. tableau joint)

4. Savoir articuler Description et Sens : 
Il nous semble important d’insister sur cette nécessaire articulation car c’est souvent ce qui fait défaut : les élèves savent généralement décrire mais ils rencontrent de grandes difficultés pour organiser l’ensemble de ces données et pour comprendre comment elles constituent le sens d’une œuvre. 

5. Savoir argumenter par des moyens visuels (cf. supra)



Analyse d'œuvre
Grille de compétences
Savoir construire un écrit. 

Savoir construire
un écrit

Organiser et 
structurer un écrit.

 

Une introduction (faisant apparaître, autant que possible, la problématique sur laquelle on centre l’analyse)

Un développement consacré à l’analyse elle-même (articulation entre la description et le sens qu’on en tire)

Une conclusion, avec ou sans ouverture (la nécessité d’une ouverture sur autre chose semble ressortir à la rhétorique du discours scolaire obligé : systématiser cette demande provoque parfois des réponses un peu caricaturales de la part des élèves…)

 

Savoir décrire



Voir, regarder, observer, identifier un certain nombre de composants plastiques que l’on va ensuite être capable de nommer en termes précis pour restituer ce que l'on perçoit.

 

La nature de l'œuvre (peinture, sculpture, assemblage, installation, in situ, etc.) et sa matérialité (support, format, matériaux)
Ce qui est vu : représentation (motif, figure…), abstraction (surface, forme, traces…), présentation.
Ce qui est perçu (l'organisation, les composants, les procédures, les effets…)

Savoir situer

Mettre en tension 
une œuvre et ses contextes.


Situer l’œuvre dans son contexte historique, la positionner éventuellement dans l’évolution de la démarche de l’artiste ainsi que dans un développement chronologique plus large (préfiguration d’un mouvement artistique ou prolongements, etc.).

 


Savoir articuler
description
et sens

 

Construire une question (problématique).


L’observation et la description ne peuvent à elles seules construire une analyse. Pour qu’il y ait véritablement analyse, il importe que le relevé des différents signifiants plastiques soit articulé à leur signifié, au sens qu’ils génèrent, de façon à mettre en évidence une problématique liée à l’œuvre .

 


Savoir argumenter par des moyens visuels

 

Articuler croquis et
schémas à un écrit.

L’élaboration de croquis peut étayer l’argumentation ou la description. Ces schémas doivent constituer un contrepoint, un appui, par rapport au discours écrit.

 

 


Date de création : 29/12/2008 @ 09:14
Dernière modification : 01/10/2015 @ 10:37
Catégorie : DOCUMENTATION 1L
Page lue 238 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article




CPES-CAAP du LYCEE ROSA PARKS de MONTGERON (91)

CLASSE PREPARATOIRE AUX ETUDES SUPERIEURES

CLASSE APPROFONDISSEMENT EN ARTS PLASTIQUES

CPES_image.jpg

 

            La Classe préparatoire aux études supérieures du Lycée ROSA PARKS – Classe d’approfondissement en arts plastiques – est une formation en un an, de septembre à juin, organisée en deux semestres.

Cette formation accompagne les étudiants dans le choix de leur orientation, à partir de leur projet professionnel et de leur niveau de compétences, les conseille dans la construction d'une démarche personnelle et de leur dossier artistique, les prépare à la poursuite d’études et formations artistiques. Au contraire d’une MANAA dont l’enseignement est davantage orienté vers les arts appliqués, les étudiants de la CPES-CAAP postulent à des concours aussi variés que ceux des Beaux-arts, des Arts décoratifs, des Écoles supérieures d’art et de design, des écoles d’illustration, d’arts appliqués, d’animation ou d’architecture. L’année en CAAP permet ainsi aux élèves de confirmer ou d’affiner leurs choix initiaux.

 

            Cette année préparatoire, dispensée dans un établissement public, est gratuite. Elle peut accueillir jusqu’à 30 étudiants.

            Hors réussite à des concours, les étudiants ayant satisfait en fin d'année aux exigences de la classe obtiennent une équivalence leur permettant d’intégrer directement la deuxième année de licence d’arts plastiques des universités de Paris 1 et Paris 8, et par extension celles d’autres villes.

 

Les enseignements :

      Arts plastiques (dont culture artistique orientée principalement sur le XX° siècle et l’art contemporain)

 

Entretiens préparatoires aux oraux d’arts plastiques

Ateliers (2 ateliers par semestre) :

       - Images : Photographie numérique et argentique, vidéo, infographie…

       - Espace tridimensionnel : architecture,  scénographie…

       - Son: musique, voix, bruitage…

       - Ecriture: fiction, documentaire, interview…

Lettres (littérature du XX° et littérature contemporaine en relation avec l’actualité)

Philosophie : Esthétique

Anglais : culture et civilisation

Les modalités :


La Classe préparatoire s’adresse à tous les bacheliers (ES - L - S - STD2A - STI2A - BMA bacheliers) ayant suivi un enseignement artistique (Arts plastiques, Histoire des arts, Théâtre, Musique, Cinéma Audio-visuel, Danse) en spécialité ou facultatif, ou disposant d’une pratique régulière et d’une culture artistique personnelle.

L’inscription s'effectue sur APB.

Le dossier complémentaire d’inscription :

 

À adresser au Lycée ROSA PARKS, secrétariat des élèves candidats à la CPES-CAAP

2, place de l’Europe 91230 Montgeron  avant le 17 avril 2017

Le dossier doit comporter :

·                    une copie lettre de motivation manuscrite dans laquelle le candidat précise quel(le)s sont ses pratiques et/ou enseignements artistiques suivi(e)s, ses centres d’intérêt culturels et artistiques, les dernières expositions ou manifestations culturelles auxquelles il a assisté, ainsi que ses projets (orientation et domaines artistiques) après la CPES-CAAP ;

·                    cinq productions plastiques, audiovisuelles ou sonores (reproductions en couleur au format A4 des travaux bidimensionnels et tridimensionnels ; images animées, vidéo, création sonore, etc. sur CD ou DVD).

 

Attention : ce dossier sera conservé par l'établissement et ne sera donc pas restitué aux élèves.

 

L'admission :

 

Les candidats présélectionnés, seront conviés à un entretien, mi-mai devant le jury de la Commission d’admission au lycée ROSA PARKS.

Les résultats d’admission seront disponibles sur le site du lycée à partir de fin mai. (de plus amples informations suivront).

Informations complémentaires :

Situé sur un campus de 30 hectares, le Lycée offre aux élèves et étudiants, un cadre agréable et propice au travail.

La récente rénovation immobilière a permis une extension des locaux et des aménagements adaptés, dont une salle de spectacle et une salle d'exposition. Elle a également permis de regrouper l’ensemble des disciplines artistiques (arts plastiques, cinéma audiovisuel, musique et théâtre) dans un même bâtiment, offrant ainsi la possibilité de confronter et d’articuler de manière efficace les différentes pratiques et enseignements.

La mitoyenneté avec la médiathèque de la ville offre une ouverture complémentaire à celle du cinéma d’art et essais, « Le Cyrano ».

 

Le lycée bénéficie d’un environnement culturel riche : des musées (Fondation Dubuffet de Périgny-sur-Yerres, musée Caillebotte, musées de Montgeron et de Brunoy), le château de Grosbois (17e siècle), des partenariats avec les théâtres La Coupole de Combs-la-Ville, Carré Sénart, l'Agora d'Evry, la MAC de Créteil. Et Paris n’est qu’à 20 minutes en RER… 







PROGRAMMES LYCEE
EPREUVES BAC
SITES ICONOGRAPHIE
Connexion...
 Liste des membres Membres: 265

Votre pseudo:

Mot de passe:

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne: 0
  Anonyme en ligne: 1
DOC.EN PDF.à charger
CONTACT
ARCHIVES PDF à charg
^ Haut ^